fbpx

LEGENDE : ALAIN GIRESSE, TAILLE PATRON

 dans Légende

Le talent ne se mesure pas à la taille du joueur. Alain Giresse, comme Diego Maradona, l’a prouvé à ceux qui en douteraient encore. Balle au pied, il était l’un des plus grands.

Du haut de ses 1,63 m, Alain Giresse était petit, mais du point de vue football, il était grandiose. Il est l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football français. Et même mondial, puisqu’en 1982 il termine deuxième au classement du trophée du Ballon d’or ! Sa taille était-elle un handicap ? Pas du tout ! Pourquoi ? Parce que sa vision du jeu était bien meilleure que les autres, son intelligence balle au pied plus importante et sa technique largement au dessus de la moyenne. En résumé, Giresse compensait en voyant plus vite, en comprenant mieux le jeu et en étant beaucoup plus précis que ses adversaires. Des joueurs comme Xavi, Iniesta ou Verratti sont ses héritiers. Nul doute d’ailleurs que s’il avait été de l’époque de Cruyff ou Guardiola lorsqu’ils étaient entraîneurs du Barça, il aurait été la pièce maîtresse du prestigieux club espagnol.

Giresse, quand je le voyais, tous les matins à l’entraînement, c’était extraordinaire, c’était Iniesta aujourd’hui !  » (Bernard Lacombe, ancien co-équipier)

Un bordelais du meilleur cru

Alain Giresse faisait aussi partie de ces rares joueurs fidèles à leur club de coeur. Il a, en effet, joué 16 ans avec les Girondins de Bordeaux. Comme Totti à Rome, Giggs à Manchester, Gérard à Liverpool, Raul à Madrid ou Del Piero à la Juventus, Gigi est un monument à Bordeaux.

Avec deux titres de champion de France (1984 et 1985) et une demi-finale de coupe d’Europe des clubs champions en 1985 contre la Juve de Platini, Giresse est le principal artisan de la gloire des Girondins des années 1980, entrainés par un certain Aimé Jacquet, le sélectionneur des Bleus champions du monde en 1998. Il détient aussi un record, celui du plus grand nombre de matchs disputés comme joueur de champ dans le championnat de France : 587 matchs et… 163 buts !

Le carré magique

En équipe de France, il forme avec Platini, Fernandez et Tigana le fameux « carré magique ». À cette époque, les Français jouent un football si technique qu’ils sont surnommés les Brésiliens de l’Europe ! On se souvient encore de lui, ivre de bonheur, marquant en prolongation de la légendaire demi-finale de Coupe du monde de Séville en 1982 face à l’Allemagne… Deux ans plus tard, avec lui, les Bleus remportent leur premier titre de l’histoire, le Championnat d’Europe.

Le plus grand « petit bonhomme »

« Gigi » finit sa carrière en 1988, passant ses 2 dernières saisons à Marseille où il jouera une demi-finale de coupe d’Europe face à l’Ajax de Bergkamp. Nul doute que ce « petit bonhomme » comme disait tendrement Thierry Roland, célèbre commentateur des matchs de l’équipe de France, avait le football dans la peau. Comme tous les plus grands, ce leader a laissé un immense vide lorsqu’il a raccroché les crampons.https://www.girondins4ever.com/wp-content/uploads/2018/04/giresse-maradona.jpg

Par Franck Paquet-Durand

©DR / Journal Petit Pont / journalpetitpont.fr

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0