fbpx

Connais-tu : Samson et Passarella ?

 dans Un monde de foot

Après l’échec du Mondial 1994, le sélectionneur Daniel Passarella transforme l’Argentine en commando. Parmi les mesures destinées à établir son autorité, il décrète l’interdiction immédiate des cheveux longs ! Un choix tiré par les cheveux…

Connaissez-vous le mythe de Samson et Dalila ? Selon la Bible, Samson vécut vers 1200 av. J.-C. Un ange fût envoyé à une femme stérile ; il lui dit qu’elle aura un enfant mais qu’il ne faudra jamais lui couper les cheveux. Sa force divine vient de sa chevelure…

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a0/Peter_Paul_Rubens_-_Samson_and_Delilah_-_Google_Art_Project.jpg

Samson et Dalila tableau de Pierre Paul Rubens réalisé entre 1609 et 1610.

Après de nombreux exploits, Samson est séduit par Dalila. Et il finit par lui avouer son secret. Pour 5500 pièces d’or offertes par les Philistins, les ennemis de Samson, Dalila le trahit, l’endort sur ses genoux et lui coupe ses sept tresses. Samson perd sa force et le secours de Dieu, il meurt dans son ultime combat.

Du mythe à la réalité :

Passarella, sélectionneur de l’Argentine de 1994 à 1998, aurait pu s’inspirer de ce mythe pour éviter le pire à l‘Argentine…

https://futebolatino.lance.com.br/wp-content/uploads/2017/06/Passarella.jpg

Selon lui :

un joueur aux cheveux longs se les remet en place près de cent fois par match et perd donc sa concentration… »

Ainsi, Battistuta, le buteur guerrier, cède et se coupe les cheveux. Redondo, l’artiste, refuse de passer chez le coiffeur et se prive de la sélection. https://futbolretro.es/wp-content/uploads/2018/07/itasportpressit.jpg

Résultat ? L’Argentine est rapidement éliminée en Copa América en 1995 et 1997, avant de perdre en quart de finale de la Coupe du monde en 1998.

Passarella aurait-il oublié qu’en 1978 il était le capitaine de l’Argentine championne du monde et que dans son équipe plus de la moitié des joueurs avaient les cheveux longs ?

https://img.aws.la-croix.com/2018/06/28/1300950937/L-equipe-Argentineson-match-contre-Francedu-Mondial-1978-6-Buenos-Aires_1_1399_945.jpg

Car le football n’est pas l’armée, c’est un jeu, pas la guerre, on a tout à y gagner et rien à perdre !

Et comme le dit si bien Redondo, « En Argentine, il y a trop de chocs, trop de frictions. On s’est polarisé sur le résultat. On a oublié ce beau jeu qui a fait l’histoire de notre pays ».

par Franck Paquet Durand
Extrait de Petit Pont n° 92 ©Journal Petit Pont / DR
Petit Pont est le 1er journal de football pour les enfants de 6-13 ans

Pour s’abonner : c’est ici

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0