fbpx

”DAVID VILLA, la « mine » du vainqueur !”

 dans Légende

Quand les médecins lui apprennent qu’il doit arrêter le football, il a mauvaise mine, la tête des mauvais jours. Mais il en faut plus pour décourager l’enfant d’une famille de mineurs. De l’ombre à la lumière, c’est le fabuleux destin de David Villa.

Dans la famille Villa, travailler dur on connaît ! Pendant 27 ans, le père de David Villa a été mineur, tout comme son grand-père et son arrière-grand-père. On ne recule donc jamais devant l’adversité. Quand au début de son enfance le jeune David se fracture la jambe droite, les médecins lui recommandent un arrêt définitif du foot. Son père, lui, ne s’apitoie pas sur son sort. Il l’encourage plutôt à poursuivre et à travailler sa jambe gauche pour compenser !

 

L’Espagne découvre une pépite…

 

Si David Villa a pensé un moment faire carrière dans la mine comme le reste de sa famille, il écoute finalement les conseils de son papa, s’accroche et travaille dur. Il rejoue donc, sans l’autorisation des médecins, dans le club régional de UP Langreo. À 19 ans, il aperçoit enfin la lumière au bout du tunnel. Il signe au Real Sporting de Gijón et effectue deux saisons complètes en 2e division. Cette première licence est pour lui comme une pépite d’or que l’on découvrirait dans une mine !

 

David Villa fait partie de ces rares joueurs ambidextres, il possède la même adresse et la même aisance du pied gauche et du pied droit. Il peut marquer dans n’importe quelle position. Son sens du but lui permet de rejoindre le FC Valence en 2005. Là-bas, il devient l’un des meilleurs buteurs du championnat espagnol. Celui qu’on appelle « El Guaje » (le gamin) a finalement tout d’un grand avec ses 129 buts en 225 matchs.

 

Il se fait donc une place au sein de l’équipe d’Espagne, au milieu des stars Barcelonaises et Madrilènes. Il est alors le titulaire indiscutable de la Roja qui devient championne d’Europe en 2008 et termine meilleur buteur de la compétition… En 2010, il remet ça avec l’Espagne, remportant cette fois la Coupe du monde. Là encore, il trouve plusieurs fois le chemin des filets. L’enfant destiné à ne plus toucher un ballon à cause d’une facture, remporte le soulier d’or de la Coupe du monde avec 5 buts.

 

Championnat d’Europe, Coupe du monde et Ligue des champions…

Après ce sacre mondial, David Villa rejoint le Barça. Dès sa première saison, il gagne la Ligue des champions, inscrivant le dernier but de la finale contre Manchester United (3-1). Une magnifique frappe enroulée qui se loge dans la lucarne. Il s’agit du dernier but de la carrière du gardien légendaire des Reds Devils : Edwin Van Der Sar. En trois saisons à Barcelone, il gagne deux fois la Ligue des champions et deux fois le championnat espagnol ! Il laisse une trace indélébile aux supporters catalans.Il se lance un dernier défi en 2013 et rejoint l’Atletico Madrid. Et il gagne le titre ! C’est un véritable exploit lorsqu’on sait que pendant quinze ans, de 2005 à 2020, seuls le Real ou le Barça ont remporté la Liga. Il atteint même la finale de la Ligue des champions cette année mais s’incline face au Real Madrid. David Villa peut se retirer du football avec le sentiment du travail accompli. C’est lui qui décide quand il arrête ! On lui doit bien ça, lui, le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe d’Espagne avec 59 buts…

Article extrait du numéro 134 de Petit Pont, le 1er hebdo foot pour les 6-13 ans
© DR / Journal Petit Pont
Infos et abonnement : journalpetitpont.fr

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0