LEGENDE : DENNIS BERGKAMP, le hollandais non volant

 dans Légende

“ J’ai toujours dit que Dennis Bergkamp restera le meilleur co-équipier que j’aie jamais eu. “ Cette phrase de Thierry Henry suffit pour comprendre quel joueur particulier était le Néerlandais. Pourtant, une phobie étonnante l’empêchera de faire une carrière encore plus aboutie qu’elle ne l’est déjà…

Né en 1969 à Amsterdam, au Pays-Bas, Dennis Bergkamp grandit dans un quartier moyen de la ville. Son père, fan de football, lui donne le prénom de son joueur préféré, Dennis, en référence à Denis Law, star de Manchester United et Ballon d’or 1964. Il rejoint le centre de formation de l’Ajax Amsterdam dès l’âge de 12 ans et y effectue son apprentissage du football. Il est titularisé pour la première fois à 17 ans par la légende Johan Cruyff, son entraîneur à l’époque. Il va briller avec l’Ajax et gagner des titres nationaux et européens en marquant de nombreux buts. Après un passage en Italie avec l’Inter Milan, il rejoint le championnat d’Angleterre en signant à Arsenal lors de l’été 1995. L’arrivée du coach français Arsène Wenger, une saison après sa signature avec les Gunners (surnom des joueurs d’Arsenal), lui permet de s’imposer comme un titulaire indiscutable.

L’attaquant hollandais va accumuler les buts incroyables pour Arsenal. Le plus exceptionnel de tous aura lieu en 2002 face à Newcastle. Le milieu français Robert Pires fait une passe dans l’axe en sa direction… Dos au but à l’entrée de la surface de réparation, il réussit un contrôle orienté incroyable de l’intérieur du pied gauche qui se transforme en grand pont sur le défenseur adverse ; il contourne son vis-à-vis et ajuste le gardien de l’intérieur du pied droit. Le mouvement est sublime ! Bergkamp fait aussi partie de l’effectif surnommé « les invincibles » qui désigne l’effectif d’Arsenal lors de la saison 2003/2004 qui va gagner le championnat sans perdre le moindre match !

Si ses performances en club étaient impressionnantes, Dennis Bergkamp a aussi brillé en sélection nationale. Il termine notamment meilleur buteur de l’Euro 1992 et inscrit un autre but d’anthologie en quart de finale de la Coupe du Monde 1998 contre l’Argentine. Sur une longue ouverture, l’attaquant contrôle le ballon en extension dans la surface de réparation puis le pique au dessus du défenseur avant d’ajuster le gardien de l’extérieur du pied. Malgré son immense carrière, Bergkamp est sans doute passé à côté d’une place plus importante dans l’histoire du football. En effet, sa peur de l’avion, à cause d’une fausse alerte à la bombe sur un vol qu’il devait prendre, va l’empêcher de jouer de nombreux matchs à l’extérieur, notamment en coupe d’Europe et avec les Pays-Bas. Cette phobie inspirera son surnom de Hollandais non volant*, alors qu’il semblait planer sur les terrains  de football…

*  “ Ce surnom de Hollandais non volant est un sacré hommage car c’est un clin d’oeil à l’un des meilleurs joueurs de tous les temps, Yohan Cruyff, qui était surnommé le Hollandais volant. “

Par Jérôme Pied ©DR

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0