fbpx

LEGENDE : Paul Scholes, c’est l’école de foot

 dans Légende
À quelques lettres près, son nom aurait pu signifier « école » en anglais (traduit par school)… Une drôle de coïncidence pour celui que beaucoup considèrent comme un modèle, un exemple, un professeur, une sorte d’école du foot à lui tout seul. Il a inspiré les plus grands. Asseyez-vous, le cours va commencer…

Regarder jouer Paul Scholes, c’est comme retourner à l’école pour apprendre et progresser. C’est un enseignement, un cours de football qui vous montre l’attitude, l’intelligence, la détermination qu’il faut avoir sur un terrain pour être un bon joueur.

Un jour, au centre d’entraînement du Barça, Frank Rijkaard alors entraîneur et ancien milieu de terrain de légende, décide de renvoyer ses joueurs sur les bancs d’écoles…Même les plus grands ont toujours quelque chose à apprendre !

Iniesta raconte :  » Rijkaard est entré et a dit : “ Aujourd’hui, nous ne nous entraînons pas, nous allons regarder une vidéo ”. Nous nous sommes assis pendant trois heures pour regarder les moments forts de Scholes. C’était le plus beau jour de ma vie. Moi, Xavi, Ronaldinho et le jeune Messi, nous l’admirions. C’est alors que j’ai décidé d’appeler mon premier enfant Paul. Il a 5 ans maintenant, et chaque fois que je le regarde, je me souviens de ce jour à La Masia… « 

Existe-t-il meilleur compliment que l’admiration d’Iniesta, Xavi, Messi et Ronaldinho ?

Sa longue et belle carrière parle aussi pour lui. Pas moins de 20 ans sous les couleurs de Manchester United au plus haut niveau !

Paul Scholes fait ses débuts
professionnels en 1993 à 19 ans et est élu la même saison meilleur espoir de l’année de Manchester United. Pour son premier match en pro, il marque son premier but sous les couleurs mancuniennes face à Ipswich, seulement onze minutes après son entrée en jeu.

Paul Scholes est capable d’évoluer à de nombreux postes, du fait de son intelligence de jeu. Il a toujours la tête levée et le regard vers l’avant, prêt à faire le bon choix. Et malgré une timidité quasi-maladive dans la vie, sur le terrain, Scholes fait preuve d’une détermination à toute épreuve, encourageant ses coéquipiers et bousculant ses adversaires. Ce n’est que sur le rectangle vert qu’il se sent vraiment libre et qu’il laisse place à sa créativité.

Un talent reconnu par de nombreux admirateurs :

Commençons par celui qui le connait le mieux, Ryan Giggs, son coéquipier, et le joueur le plus capé de Manchester United (963 matchs) :
 » Je voterais pour Scholes comme étant le plus grand joueur de l’histoire du club. Je l’ai vu faire des choses qu’aucun autre joueur ne peut faire. La façon qu’il avait de contrôler le tempo des matchs, sa palette de passes, c’était
incroyable. Personne n’était capable d’at- teindre son niveau. Et il est aussi impossible d’oublier ses buts. « 

Puis, Zinédine Zidane, à qui on demande ce que ça fait d’être le meilleur milieu de terrain d’Europe.  » Je ne sais pas, allez demander à Paul Scholes. Il est le milieu de terrain le plus complet par excellence. Un de mes regrets, c’est de n’avoir jamais eu la chance de jouer à ses côtés durant ma carrière. « 

Enfin, pour Xavi :  » C’est le meilleur milieu axial des vingt dernières années, le plus complet. Scholes a absolument tout : il peut marquer des buts, faire la dernière passe, il est fort physiquement, il ne perd pas la balle. S’il avait été espagnol, il aurait été davantage estimé. « 

En Espagne, on n’oubliera jamais ce but incroyable inscrit par Scholes en 2008 en Ligue des champions. Sûrement le plus beau de sa carrière.

Petite compilation de ses plus beaux buts ;

Manchester United-Barça, c’est aussi la première fois que Ronaldo et Messi s’affrontent, n’imaginant pas que la bataille sera toujours d’actualité 12 années plus tard. Mais lors de cette demi-finale, ni le Portugais, ni l’Argentin ne feront la différence. Il n’y aura qu’un buteur : Paul Scholes et sa frappe de 25 mètres en pleine lucarne.

Mais pour Scholes, ce geste n’a pas plus de valeur qu’un autre, pour lui  » réussir un bon tacle est aussi important que de tirer au but. Ça plaît au public et ça dessine le contour du match. « 

En 20 ans à Manchester, c’est le palmarès du club qu’il a coloré avec 11 Premier League, 2 Ligues des champions et 4 coupes d’Angleterre.

Par Franck Paquet-Durand

Article extrait du numéro 102 de Petit Pont, le 1er hebdo foot pour les 6-13 ans
© DR / Journal Petit Pont
infos et abonnement : journalpetitpont.fr

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0