fbpx

LEGENDE : ROBERTO BAGGIO, LA CLASSE A L’ITALIENNE

 dans Légende

Surnommé « Il Divin Codino », le « divin à la queue de cheval », Roberto Baggio appartient à la famille des grands numéros 10 qui ont marqué le football. Le roi Pelé le place parmi les cent meilleurs footballeurs de l’histoire !

Roberto Baggio est né pour jouer au football. Dans la cour de récréation, sur le terrain du village ou même dans les couloirs de sa maison, le jeune Roberto ne quitte jamais son ballon. Sa maman se souvient encore des difficultés pour le faire passer à table, prendre une pause et dîner. Son rêve, ressembler à son idole Zico, le meneur de jeu brésilien surnommé le Pelé blanc.

Son talent est vite repéré par Vicence, le club de troisième division de sa région, qu’il rejoint à 15 ans. À 17 ans, il aide son équipe à monter en deuxième division. Puis à 19 ans, il découvre la Série A avec la Fiorentina et inscrit son premier but contre Naples et Diego Maradona ! Sa technique, son élégance et son intelligence de jeu font de lui un joueur magnifique. À l’image de son superbe but contre la Tchécoslovaquie lors de la Coupe du monde en 1990. Suite à un une-deux avec un coéquipier, il efface trois joueurs avant de prendre le gardien à contre-pied. Malgré d’excellents matchs, l’Italie s’incline aux tirs-au-but en demi-finale. À la grande tristesse des supporters de la Fiorentina, il rejoint la Juventus Turin où il porte le célèbre numéro 10 de Platini. Mais il n’oublie pas le club qui l’a fait grandir… Dans un match qui oppose la Juve à son ancienne équipe, il refuse de tirer un pénalty décisif. Il est remplacé et en sortant il ramasse une écharpe de la Fiorentina tout en saluant de la main un ancien coéquipier sur le banc de touche. La Juve perdra 1-0 et de nombreux supporters l’accuseront de trahison. L’élégance de Baggio se mesure aussi à ce type de détails, comme les joueurs d’aujourd’hui qui refusent de célébrer un but qu’ils marquent contre leur ancien club. Les supporters turinois oublieront vite cet épisode, car Baggio leur fera gagner par la suite beaucoup de matchs. Il est sacré meilleur joueur du monde en obtenant le Ballon d’or en 1993, l’année où il remporte la coupe de l’UEFA, inscrivant trois buts en demi-finale puis un doublé en finale, avant de devenir champion d’Italie en 1995.

En 1998, il s’incline en quart de finale de Coupe du monde contre la France aux tirs-au-but. Maudits tirs-au-but… Puisqu’il avait échoué aussi en finale contre le Brésil en 1994, malgré son génie qui avait éclairé la compétition ! Après sa carrière, il s’engage dans des causes comme la lutte contre la faim ou l’aide aux victimes de catastrophes naturelles.

Adoré par les Italiens, il fêtera même ses 50 ans avec une partie de la population et signera des autographes pour des personnes en difficulté. Baggio, c’est la classe sur et en dehors du terrain.

Par Jérôme Pied et Franck Paquet-Durand ©DR

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0